Montrez toutes les histoires

ABRAM SPIWAK
Né en 1885
Arrive à Montréal en 1906 

 

En quête de son aimée

Les passagers clandestins ont existé de tous temps. Tous les passagers de la Red Star Line n’arrivent pas à Anvers avec des papiers en règle. Il arrive que des parents versent beaucoup d’argent à des passeurs pour assurer l’exil d’un des leurs. Abram Spiwak, qui erre depuis 1888 pour échapper au climat antisémite en Russie, décide de suivre sa fiancée Sophia en Amérique. Il n’a pas de papiers valables, mais il tente sa chance, fort du soutien financier de sa famille. Les passeurs l’aident à traverser la frontière entre la Russie et l’Autriche. Les choses menacent de mal tourner, mais, grâce à des étrangers des deux côtés de l’Atlantique, il retrouve enfin sa Sophia à New York. 

 

Frères et sœurs prennent leur chance

Encouragés par le succès d’Abraham, son frère et ses sœurs décident de tenter eux aussi leur chance outre-mer. Son frère Rachmiel part en Argentine. Ses sœurs Chava, Rivke, Chane et Gittel se donnent comme objectif l’Amérique. À partir de 1921, les États-Unis imposent des quotas d’immigration. Gittel, qui part en 1923 à bord du Belgenland, attend avec anxiété de savoir si elle peut entrer en Amérique. Le sort de Gittel et de 1450 autres passagers fera même l’objet d’un article dans le New York Times: ‘Des Russes sont refoulés parce que les quotas russes sont atteints. Les Russes à bord pleuraient toute la journée… et même leurs amis sur le quai étaient en larmes’. Les choses tournent bien pour Gittel. Mais pas pour Sore et Dvore, deux sœurs restées en Roumanie. On perd leur trace pendant la Seconde Guerre mondiale. 

Collectie Dorothy Spiwak Field