L’album du souvenir a pris une place d’honneur dans la collection permanente du musée Red Star Line. C’est Alexander Zanzer, le directeur de la Centrale (Union Royal de Bienfaisance), qui a remis au musée l’album du souvenir.

La particularité de cet album du souvenir

 

Hommage aux émigrants juifs

L’album du souvenir est un témoignage tangible de la manière dont la communauté juive anversoise a fondé des organisations d’entraide et a aidé des dizaines de milliers d’émigrants juifs d’Europe de l’Est à partir pour les États-Unis d’abord, puis pour la Palestine et le reste du monde.

Plus de deux millions de Juifs d’Europe de l’Est ont émigré aux États-Unis entre 1870 et 1914. Ils s’exilaient pour des raisons politiques, par peur des pogroms perpétrés dans l’empire russe et austro-hongrois ou pour échapper à la misère. Une partie de ces émigrants juifs d’Europe de l’Est ont transité par le port d’Anvers.

Les candidats au départ pouvaient faire appel à Anvers à l’organisation humanitaire Ezra (qui signifie ‘aide’ en hébreu). 

 

‘Maire de ses émigrants’

Henri Schulsinger était encensé par les émigrants. Ce diamantaire polonais s’était établi à Anvers en 1891. Il créa en 1903 avec d’autres Juifs d’Anvers le comité d’entraide Ezra. Le 15 novembre 1936, à l’occasion de son septantième anniversaire, il fut honoré pour son aide aux émigrants juifs à Anvers en partance pour l’Amérique.

«Si notre Schulsinger allait en Amérique et rassemblait dans une ville tous les émigrants qui sont entrés sur le territoire américain ou sud-américain avec son aide, il serait adulé et porté en triomphe comme ‘maire de ses émigrants’, à l’égal de Dizengoff à Tel-Aviv (Meir Dizengoff fut le tout premier maire de Tel-Aviv)», écrit un Juif dans une revue publiée par la Centrale.

 

Un patrimoine juif qui survit à la Seconde Guerre mondiale

L’album du souvenir n’est pas une pièce importante pour le musée Red Star Line uniquement, mais aussi pour le patrimoine juif à Anvers. Il est unique quand on songe qu’il reste très peu d’objets de la communauté juive d’Anvers de cette période antérieure à la Seconde Guerre mondiale. Cet album date de 1936 et a été signé par toutes les personnes présentes au banquet, qui le dernier de la communauté juive d’Anvers avant la Seconde Guerre mondiale. C’est un symbole de l’aide bénévole et généreuse des Juifs anversois aux émigrants nécessiteux. Les rôles seront peu après renversés et c’est la communauté juive d’Anvers qui aura besoin d’aide.